L’assistant informatique du réchauffiste

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Guy Durand sur Radio-Ville Marie : « Au-delà des apparences »

Écoutez le professeur émérite Guy Durand parler de son dernier livre qui traite du programme d’éthique et de culture religieuse à l’antenne de Radio-Ville Marie.

Commander le livre du professeur Guy Durand en ligne :

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Rififi chez les réchauffistes (suite)

Traduction très utile d’un article du Wall Street Journal qui résume le scandale. Lire aussi la réplique cinglante de Martin Masse à l’article circulez-y-a-rien-à-voir de La Presse : Climategate : La Presse nous prend pour des cons.Mark Steyn, qui parle par ailleurs de Warmergate plutôt que de Climategate, résume les étonnements de ceux qui se penchent actuellement sur le code informatique du CRU, ce n’est pas joli, joli. Andrew Bolt se penche aussi sur les données australiennes, elles ne valent pas grand-chose de l’avis même d’un des programmeurs du CRU. Mark Steyn note également que le journaliste réchauffiste du Guardian, George Monbiot, semble avoir trouvé son bouc émissaire dans ce scandale : c’est Phil Jones, c’est la faute de ce directeur du CRU. Il doit démissionner. Par ailleurs, ces courriels divulgués forcent désormais des alarmistes à admettre en public (ils disaient leur perplexité en privé dans les courriels divulgués) que tout compte fait on comprend mal le système climatique et que les choses ne sont pas si claires que cela (très bien l’humilité). C’est ainsi que Tim Flannery, un de ces scientifiques si sûrs d’eux-mêmes naguère, a déclaré :

« Nous sommes confrontés à une compréhension incomplète du fonctionnement du système terrestre. Quand on se penche sur ces dernières années, on n’assiste pas à une continuation de cette tendance [au réchauffement], nous ne comprenons pas tous les facteurs qui créent le climat terrestre. Nous ne comprenons tout simplement pas comment le système au complet fonctionne… Ces personnes travaillent avec des modèles, des modèles informatiques. Alors quand le modèle informatique et les données du monde réel ne correspondent pas, vous êtes aux prises avec un problème intéressant… C’est vrai que pendant les dix dernières années nous sommes passés par une petite tendance au refroidissement. »

Il semble bien que M. Phil Jones se contredise ici (fichier 1228330629.txt) :


De: Phil Jones
Pour: santer1@xxxxxxxxx.xxx, Tom Wigley
Objet: Re: Suggestion de Schles
Date: mercredi 3 décembre 2008 13h57
Cc: mann , Gavin Schmidt , Karl Taylor , peter gleckler

[…]

Il y a environ 2 mois, j’ai supprimé des tonnes de courriels, je n’ai donc plus grand-chose — s’il me reste même quelque chose.

et le même Phil Jones le 24 novembre 2009 au Guardian :

« Nous n’avons supprimé aucun courriel ni aucune donnée, ici au CRU. »

Entretemps, les demandes pour une enquête se multiplient à la suite de la divulgation des courriels et données du CRU :

  1. des législateurs républicains du Congrès américain ont commencé une enquête sur le conseiller scientifique auprès de la Maison Blanche John Holdren ; M. Holdren a défendu en 2003 Mike Mann au centre de la controverse de la Crosse de hockey.
  2. Une pétition a été lancée en Grande-Bretagne (elle n’est ouverte qu’aux sujets de Sa Majesté) qui demande d’exclure le CRU de la rédaction de tout rapport statistique sur le climat jusqu’à ce que ce centre ait subi une enquête en bonne et due forme.
  3. Lord Lawson, ancien chancelier, a demandé une enquête indépendante.
  4. Le sénateur américain James Inhofe promet une enquête sur le GIEC.

Ci-dessous des vidéos sur les mesures satellitaires du ERBE qui contredisent le « consensus » des modèles informatiques. Il s’agit d’une conférence qui fait suite à un article fondamental récent (2009) publié par Lindzen et Choi du MIT. De quoi s’agit-il ?

Tous les modèles utilisés par le GIEC font l’hypothèse que l’augmentation de la température de la planète s’accompagne d’une diminution du flux radié par la planète vers l’espace, ce qui empêche la terre de se refroidir et tend donc à augmenter encore plus la température. C’est ce qu’on appelle une rétroaction positive. Cette rétroaction positive est la pierre maîtresse de l’édifice théorique des prédictions catastrophiques du GIEC. Sans rétroaction positive, même un doublement de la concentration de CO2 serait sans effet catastrophique. Or, les mesures faites par le projet ERBE, qui sont décrites dans l’article de Lindzen, montrent, non seulement qu’il n’y a pas de rétroaction positive, mais qu’on observe une rétroaction négative. Une de ces forces de rappels – si communes dans la nature – qui tend à ramener vers l’équilibre lorsqu’on s’en écarte. (Plus d’infos en français, ici et ici). La communication de Lindzen et Choi en anglais.


Vidéo en anglais de Dr. Richard Lindzen (5 sur 6), 1/6, 2/6, 3/6, 4/6, 6/6
De Russie, une discussion franche sur le scandale des courriels divulgués du CRU :
  
Débat sur Fox News (en anglais) avec un sceptique (visé dans un des courriels du CRU), puis un alarmiste bien excité

Sur un ton plus léger, le résumé satirique des Minnesotains pour le réchauffement climatique :


L’ex ministre Jacques Brassard fait le lien entre ces divulgations et la grand messe de Copenhague.

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Ci-gît la crédibilité des réchauffistes…

ci-git Des milliers de documents provenant d’un des centres les plus éminents en recherche climatique auraient été subtilisés par un pirate. Pour de nombreux sceptiques du réchauffement climatique anthropogénique, le « tribalisme » et le manque de transparence apparents dans les documents piratés minent la crédibilité des « réchauffistes ». D’autres sceptiques sont scandalisés par des messages qui indiqueraient des ajustements de données ou de modèle pour obtenir les « bonnes réponses ». Les savants incriminés se disent outrés et dénoncent des interprétations hors contexte.

Charlie Martin du site conservateur Pajamas Media résume les implications de ces révélations :

« Au premier abord, on semble avoir affaire à trois scandales :

  1. D’abord, un petit groupe de scientifiques tentent réellement de détourner le processus d’évaluation par des paires et de réprimer toute voix dissidente. (Pour un autre point de vue, par un des éminents climatologues visés, voir ces billets sur le carnet de Roger Pielke père.) Ceci est au mieux massivement immoral.
  2. Secundo, la volonté de manipuler les données pour correspondre à un point de vue politique. Ceci, si la chose est avérée, devrait conduire à de sévères sanctions à l’égard de ces scientifiques, et sans doute à la perte de leurs postes.
  3. Tertio, ce qui ressemble à s’y méprendre à une conspiration pour empêcher que des données ne soient rendues publiques contrairement aux lois d’accès à l’information aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Si c’était le cas, il s’agit d’un crime fédéral. [Note du carnet : À notre avis, à la lumière des courriels ci-dessous, il n’est pas clair qu’il y a crime ici, mais ces agissements vont certainement à l’encontre de l’esprit scientifique selon Karl Popper qui impose que des expériences soient vérifiables et réfutables.]

»

Suite ici

Publié dans Uncategorized | Un commentaire